Mais à quoi ça sert une assurance ?

Activités
Mobilité
Santé
Ecrit le 17 / 05 / 2021
Par Lucile Demolin

Nos sociétés sont assurantielles. Nous assurons toutes les activités partant du principe qu’elles comportent un risque. Ce phénomène n’est pas récent, il a été initié durant le 18e siècle et s’est accentué avec l’industrialisation de l’Europe. Plus de 200 ans plus tard, le modèle se perpétue et vous vous protégez en souscrivant à une multitude d’assurances. Pourtant, vous ignorez souvent ce qu’elles garantissent réellement. C’est pour cette raison que les équipes de Nostrum Care mênent leur enquête pour vous aider à y voir plus clair.‍

"Il y a une considération qui me frappe au moment où je vous parle, et je la livre à vos méditations : c’est que le système de notre société n’est autre chose qu’une vaste assurance, assurance contre la faiblesse, assurance contre le malheur, assurance contre l’ignorance. Examinez à ce point de vue toutes nos institutions, et vous verrez qu’elles concourent toutes au même but, à un but noble et heureux."


M. le baron de Beauverger, Corps législatif, séance du 30 mai 1868


Aujourd’hui, nous assurons tout. Tandis que certaines célébrités protégent leur image en assurant leur visage, leurs seins, leurs jambes ou leurs fesses, le commun des mortels, quant à lui, protège essentiellement sa santé et ses biens.


La notion clé de l'assurance est la suivante : elle permet de se couvrir contre un évènement aléatoire redouté pour ses conséquences financières. Un risque assurable répond à trois critères :

  • - Le futur : il est impossible d'assurer un accident passé, nous nous protégeons contre un risque futur ;

  • - L'incertain : nous ne pouvons assurer qu'un risque incertain dont on ne connait la réalisation ;

  • - L'involontaire : les dommages causés volontairement ne sont pas pris en charge comme par exemple les agressions ou les suicides.


Ainsi, l’assurance vous apporte des prestations bien spécifiques répondant aux problèmes que vous rencontrés.

Celles-ci vont du remboursement classique à la compensation financière en passant par la mise à disposition de services exceptionnels comme la venue d’une dépanneuse pour une panne de voiture ou encore le trajet vers l’hôpital en hélicoptère suite à un accident de ski. Ainsi on distingue deux grands type d’assurances : les assurances de personnes et les assurances de dommages.

Les assurances de personnes sont celles qui couvrent les risques portant atteinte à l’intégrité physique d’une personne ou à son existence même. Nous y retrouvons la mutuelle (ou autrement appelée la complémentaire santé car elle complète les remboursements de la sécurité sociale), les assurances en cas d’accident corporel avec des compensations financières, et les assurances vie lors du décès. Ces prestations sont principalement assurées par les mutuelles et assurances de prévoyance.

Les assurances de dommages servent quant à elles, à couvrir les préjudices causés à vos biens (assurances de biens) aux biens d’autrui (assurances de responsabilité).

Concrètement, les assurances de biens sont celles que l’on va prendre contre les incendies, les vols, les dégâts des eaux ou encore les bris de glace. Les assurances de responsabilités sont celles que l’on prend comme responsabilité civile, professionnelles ou encore pour les véhicules motorisés.

Vous l’aurez compris nous pouvons nous assurer pour tout et contre tout. C’est même vivement recommandé. Toutefois, rares sont les assurances qui vous proposent de cumuler l’ensemble pour arranger la compréhension de ce pour quoi vous êtes couvert ou non. Aussi, quand elles le font, il est difficile d’avoir suffisamment de visibilité sur les compensations ou sur les démarches à suivre.


Les différents acteurs de l'assurance


‍La notion clé de l'assurance est la suivante : elle permet de se couvrir contre un évènement aléatoire redouté pour ses conséquences financières. Un risque assurable répond à trois critères :

  • - Le futur : il est impossible d'assurer un accident passé, nous nous protégeons contre un risque futur ;

  • - L'incertain : nous ne pouvons assurer qu'un risque incertain dont on ne connait la réalisation ;

  • - L'involontaire : les dommages causés volontairement ne sont pas pris en charge comme par exemple les agressions ou les suicides.


Nous le savons bien : la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Pourtant, nous ressentons un certain calme dans nos vies, une certaine quiétude qui nous pousse à nous dire que le danger pour lequel nous nous assurons est lointain et arrive bien souvent aux autres. Partant de ce postulat, pourquoi alors est-ce que nous nous assurons ?

Nous n’avons pas résisté à l’idée de vous spoiler l’un de nos prochains articles avec ce « le saviez-vous ? » : 

La définition de l’assurance est apparue en 1686 avec la fondation de la « compagnie générale des assurances et grosses aventures ». Son développement est fortement lié aux transformations économiques et sociales. En effet, alors que l’Europe s’industrialisait, les risques se sont multipliés et de nouveaux fléaux ont vu le jour. Il était essentiel de se prémunir de ces risques nouveaux. C’est exactement ce que souhaite faire Nostrum Care : se prémunir des risques nouveaux qui ne sont pas liés à l’industrialisation mais à la digitalisation de son économie.


Suggestion
d'articles

Abonnez-vous à notre newsletter pour comprendre le monde de l'assurance